Ralentis et profites de la vie!

Posted: août 28, 2020 by C.W

Quelle est ta première réaction à la lecture de cette injonction?

Es-tu du genre à répondre: “Facile à dire, mais pas facile à faire!”? Ou alors; “C’est ce que j’essaye de faire mais à cause de ceci ou cela, c’est impossible.”

Difficile en effet, dans une société où tout vas de plus en plus vite, de ralentir. Même les périodes dédiées aux vacances sont souvent peu reposantes et parfois, pour récupérer, il nous faut rentrer plus tôt de voyage pour prendre un peu de repos avant de recommencer le travail!

Cette frénésie et cette course constante repose, en partie, sur le fait que nous ne savons pas, réellement, ce que veut vraiment dire “profiter de la vie”

“Profite de la vie avec la femme que tu aimes, tous les jours de la courte existence que Dieu te donne sous le soleil. Oui, ta vie est courte, et c’est la part que tu reçois pour le travail que tu fais sous le soleil.”

Ecclésiaste 9:9

Lorsque j’ai appris que j’avais un cancer, le monde et la vie telle que je l’avais dessinée autour de moi ont disparu.

Mais, plutôt que de faire de chaque choses une urgence, Dieu m’a enjoint à faire un grand “nettoyage” pour que seul les choses importantes restent sur ma liste.

Par exemple, j’avais la fâcheuse habitude de me projeter, de faire des projets sur l’avenir, dans 10-20 ans, à la pension, quand les enfants seront grands,…

Dieu m’a montré que seul le présent compte et que c’est la seule temporalité dans laquelle je dois vivre pour vraiment profiter.

Nous avons tous autour de nous, des exemples malheureux de personnes qui ont travaillé durement toute leur vie, et une fois la pension arrivée, la maladie et même parfois la mort surviennent ne leur laissant pas le temps de profiter des fruits de leur labeur.

Consacrer toute sa vie à construire son bonheur terrestre futur est un pari risqué!

“L’homme fait des projets, mais celui qui a le dernier mot, c’est l’Eternel.”

Proverbes 16:1

Je t’invite donc à réfléchir sur l’éventualité de vivre dans le Présent de Dieu…

Pour cela, nous devons impérativement accepter de laisser Dieu transformer notre pensée, notre vie et nos habitudes. Déconstruire ce modèle de raisonnement que nous insufflent les dictas sociétaux dans lesquels nous évoluons, et ce, même si nous sommes chrétien!

J’essaye, depuis quelques mois, de cheminer pratiquement dans ce travail quotidien avec Dieu afin d’installer cette habitude de vie. Et ce n’est pas une mince affaire!

Je travaille sur 5 points qui, pour ma part, sont de réels freins. 

  • Viser la qualité et non la quantité!

Dans un monde où l’on enseigne la valeur contraire, c’est difficile de vivre à contre-courant. Difficile, mais pas impossible…

Quand j’ai ouvert ce blog, j’ai beaucoup lu sur le sujet. J’ai vite compris qu’il y avait deux catégories de blogueur.

Ceux qui doivent, avant tout, rentabiliser chaque mots de leurs articles et veulent donc, en priorité, répondre aux lois du référencement (SEO, nombreuses publications,…)

Et ceux qui place, en premier lieu, la qualité du contenu de leurs articles car leur but premier est de transmettre leurs passion, leurs visions, leurs idées,…

Pour cette deuxième catégorie, l’important n’est pas de publier en masse, mais d’être lu, compris et fidéliser les lecteurs.

Ils ne misent pas sur le nombre de vues mais sur l’intérêt des lecteurs pour les sujets, et la satisfaction que ceux-ci retireront de leur lecture.

Des articles de qualité au détriment de la quantité!

Car pour obtenir de la qualité, il faut y consacrer du temps, de la réflexion, des recherches et parfois (souvent!) de la remise en question.

Viser la qualité de notre vie, c’est prendre le temps de faire les choses importantes avec passion, excellence , réflexion et authenticité.

Ce n’est pas un choix de fainéantise, c’est un choix de priorités: choisir de consacrer la meilleur part de nous même à ce qui nous procure la paix et la poursuivre. Commencer par être en paix avec soi-même en ne laissant plus aucune prise à la frustration et l’irritation.

Quel meilleur modèle que celui de Jésus; ce modèle de calme et de paix parfaite.

“Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Ne soyez pas inquiets et n’ayez pas peur.”

Jean 14:27

Lorsque nous sommes à la place que Dieu nous à préparé d’avance, accomplissant Sa Volonté avec les talents qu'Il  nous donne au temps décidé par Lui; la paix nous envahit et nous portons alors le fruit de l’Esprit qui habite en nous.

Avec cette démarche, je désire et recherche à m’aligner, non pas sur la vision du monde et de ce qu’il exige de moi, mais sur la Volonté Divine et ce qu’elle m’offre: la paix et la sérénité.

“Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance.”

Jérémie 29:11

  • Avant toute chose: Dieu aux commandes!

Ralentir? Mais ralentir pour quoi?

Quand on ralenti, c’est généralement pour avoir le temps de jauger quelque chose, le voir ou même parfois l’éviter tout simplement…

Si je roule en voiture et que je ne respecte pas la limitation de vitesse, je réduis dangereusement ma capacité de réactivité face à un obstacle.

Les distances de freinages sont plus longues, mes facultés de perception humaine sont altérées par la vitesse et les dégâts occasionnés par une collision sont plus importants et dangereux pour moi et les autres.

Nous sommes tellement accaparé par le FAIRE dans tous les domaines de nos vies que nous ne prenons plus le temps de ralentir pour observer ce que Dieu nous montre, nous donne, nous dit…

Même au sein de nos assemblées la suractivité et la multiplicité des activités précipitent, trop souvent, de nombreuses personnes vers un “burn out religieux”!

Ralentir, au sens spirituel, c’est pousser sur un “régulateur de vitesse intelligent” qui nous donnera l’occasion de regarder autour de nous, prendre le temps de la réflexion et du conseil de Dieu, rectifier la trajectoire ou recalculer un nouvel itinéraire pour atteindre la bonne destination en toute sécurité.

“Seigneur, montre-moi ton chemin, conduis-moi sur une route sans obstacle à cause de ceux qui me surveillent en cachette.”

Psaumes 27:11

Mais ralentir, c’est aussi… profiter du paysage!

“Apprends-moi (Seigneur) l’art de prendre des vacances-minutes pour admirer une fleur, bavarder avec un vieil ami, ou en faire un nouveau… Rappelle-moi chaque jour que la course n’est pas toujours au plus pressé, et que vivre mieux n’est pas vivre plus vite…” 

Père Charles Delhez  "Ralentis mes pas..."

  • Pratiquer l’art du “Hygge” [hue-guh] 

Comment définir ce terme danois sans trahir sa substance? Plutôt que d’essayer maladroitement, je t’invite à imaginer un instant de bien-être absolu.

La chaleur enveloppante d’un feu de cheminée alors que la neige épaisse et froide tombe au dehors de la maison. La douceur de la lueur des bougies réparties tout autour de toi et éclairant le chapitre de ton livre posé sur une table basse. Blotti au creux d’un vieux fauteuil moelleux garnis de multitude de coussins et plaids aussi doux que chauds, tu savoures seul ou accompagné, un savoureux chocolat chaud agrémenté de petits marshmalow gourmands. Le crépitement du bois dans l’âtre se mêle à l’odeur subtile des arômes de cacao et de cire de bougie. Les rires, les discussions passionnées, l’évocation de souvenirs…

L’intimité de ce moment, la chaleur et le sentiment de bien-être et de repos qui s’en dégage, c’est ça le Hygge.

Au delà d’un mot à la prononciation barbare, le Hygge est une expérience et un art de vivre qui fait partie intégrante de la culture danoise. Pas étonnant que ce pays figure, année après année, parmi les plus heureux du monde! 

Personnellement, je pense que le secret du Hygge repose sur un principe simple et à la portée de tous: Vivre pleinement et en toute simplicité, l’instant présent dans la gratitude.

Appliquer ce principe à notre propre vie peut grandement changer notre conception du bonheur et du bien-être. Pourquoi?

- Il permet de lutter contre les frustrations que génère le monde ultra-consumériste autour de nous, car il ne repose pas sur la consommation mais sur l’émotion.

- Il transforme une rencontre, une réunion, un dîner en famille, en occasion d’échanges authentiques où chacun est écouté et respecté.

- Il nous incite à revenir aux choses essentielles et apprécier, à sa juste valeur, ce que le Seigneur nous donne: un foyer, un repas, une famille, des amis,…

- Il incite aux partages, à la convivialité, à la communion fraternelle.

- Il nous permet de ralentir et profiter!

- Il nous ouvre les portes de la gratitude envers Dieu.

“Rendez grâces pour toutes choses, car c’est la volonté de Dieu par Jésus-Christ.”

1 Thessaloniciens 5:18

L’ingrédient incontournable et indispensable du Hygge, c’est la lumière (bougies, éclairages indirects, guirlandes)

La lumière est au centre de la vie danoise car ils en sont privé une grande partie de l’année à cause, entre autre, de la météo épouvantable.

Nous avons également besoin de lumière pour affronter l’obscurité de la vie qui nous entoure.

Alors, allumons une bougie et installons nous confortablement pour partager un moment “Hygge” avec Dieu ;-)

“Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier.”

Psaumes 119:105

  • Apprendre à dire NON!

Pour ma part, c’est le point le plus difficile à mettre en oeuvre dans ma vie. Non pas que je soit une personne formidable et généreuse ;-) C’est plutôt un problème lié à mes "zones d'ombre" avec lesquelles je me débattrai probablement toute ma vie. Cependant, le fait d’en avoir pris conscience permet de devenir dépendant de Dieu pour chaque pas que j’entreprends.

Le besoin de reconnaissance est à l’origine de cette lutte.

Si, comme moi, tu es au prise avec ce genre d’émotions, tu comprendras immédiatement les difficultés qu’elles engendrent dans la vie.

La peur de décevoir, de faire fuir les personnes que tu aimes. Ce besoin constant d’être accepté et approuvé. Ces émotions qui te poussent toujours à éviter les discussions difficiles, mais pourtant nécessaires, et surtout, qui t’empêche de refuser quoi que ce soit, à qui que ce soit.

Cette attitude peut devenir, à terme, épuisante pour toi et agaçante pour certains de tes proches. Mais surtout, elle engendre souvent de la frustration et de l’épuisement émotionnel et physique.

Alors comment pouvons-nous avancer sereinement dans cette démarche sans devenir une personne ingrate, indisponible, égoïste,…

Le plus important est, je pense, de rechercher la paix avec soi-même et bannir le sentiment de culpabilité lié au fait de dire “non”.

A cette fin, quelques pistes:

- Ne pas répondre immédiatement; prendre le temps de la réflexion avant de donner une réponse et chercher le conseil de Dieu.

Si tu n’es pas en paix avec cette demande, c’est probablement que tu ne dois pas t’engager.

“Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, dans une attitude de reconnaissance. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre, gardera votre coeur et vos pensées en Jésus-Christ.”

Philippiens 4:6-7

 

- Être en accord avec la Parole; car la décision que tu prendras influera aussi sur ta vie et sur ton témoignage.

“Enfin, frères et soeurs, portez vos pensées sur tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est digne d’être aimé, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est synonyme de qualité morale et ce qui est digne de louange.”

Philippiens 4:8

Si une réponse positive m’entraîne sur un chemin qui me détourne, me frustre ou me met en faute, par rapport à Dieu, mieux vaut pour moi m’en détourner.

- Être indulgent avec soi-même et bienveillant avec les autres:

En refusant quelque chose, nous ne devenons pas une mauvaise personne. Nous sommes juste honnête avec nous même, mais également avec la personne en face de nous. Nous ne sommes, alors, tout simplement pas la personne qu’il lui faut à cet instant là. Une véritable relation ne sera pas mise en péril à cause d’un refus. Cependant, évite de formuler ta réponse de manière sèche et brutale. S’excuser et/ou ajouter un simple: “Une prochaine fois peut-être!” prouvera ton empathie et ta bonne volonté.

“Que vos paroles soient toujours agréables, intéressantes. Répondez à chacun comme il faut.”

Colossiens 4:6

  • Supprimer, reprogrammer, déléguer!

Mettre les priorités aux bons endroits, en plaçant au centre de notre vie ce qui nous amènera à porter du fruit. Nous ne sommes pas appelé à être sans cesse “occupé” et indisponible pour accomplir les choses qui aident vraiment les autres, mais aussi, notre propre santé mentale et spirituelle.

Nous devons apprendre à poser les vrais priorités. En supprimer ou en reprogrammer certaines (qui n’en était pas vraiment) et pourquoi pas en déléguer?

En tant que maman, je me débattait souvent avec ce dernier point, mais j’ai appris depuis peu, que déléguer c’est aussi faire preuve d’amour, de confiance et surtout, c’est donner à l’autre l’occasion d’être mis en valeur et remercier.

C’est également se donner le temps de saisir la meilleure part: celle que Dieu nous réserve!

“Le Seigneur lui répond: “Marthe, Marthe, tu es inquiète et tu as du souci pour beaucoup de choses, mais une seule est nécessaire. Marie a choisi ce qui est vraiment bon, et personne ne lui enlèvera cela.”

Luc 10:41-42

Vivre dans le Présent de Dieu est une expérience à l’échelle d’une vie. Ralentir et profiter nous permet de savourer, chérir, mais surtout de saisir, voir et comprendre ce qui est réellement important et ce que nous ne devons pas rater!

Alors…

Enjoy!

Christel

No Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X