Servir selon le coeur de Dieu: la réussite

Posted: juillet 31, 2021 by C.W

Nous sommes, depuis notre plus jeune âge, confronté à la jauge de la réussite. Premiers sourires, premières paroles, premiers pas…

Synonyme de bonheur absolu, la réussite s’érige comme un monument à notre gloire. Elle s’exhibe en société et se déverse largement sur les réseaux sociaux. Parfois travestie, parfois usurpée elle peut aussi laisser un goût amer à celui qui la recherche et paye le prix fort pour l’acquérir.

Pour beaucoup de personnes, la réussite se définit comme la réalisation de ses profonds désirs; vivre la vie que l’on a choisi!

La clé du bonheur réside, toute entière, dans l’accomplissement de ses attentes. Le succès, qu’il soit privé ou professionnel relève alors d’un processus que l’on mettra en place pour accéder, ou pas, à ses propres  “objectifs”.

Nous savons qu’en tant que serviteur de Dieu, nous ne pouvons nous conformer à cette même “vision” de la réussite. En effet, il se peut fort bien que notre ministère semble se développer parfaitement bien mais que, pour autant, nous ne soyons pas sur le chemin de la réussite.

En effet si nous nous basons, uniquement, sur des critères humains nous pourrions facilement considérer que le succès est là et que nous sommes sur le bon chemin.

Cependant, il faut garder à l’esprit que c’est notre situation unique et la volonté de Dieu pour nous dans cette situation, qui définiront ce que Dieu jugera comme un succès.

Mais alors comment, en tant que serviteur, pouvons-nous adopter la définition divine de la réussite?

Avant toute chose, comment Dieu la définit-elle? Quels sont les indicateurs qui nous permettent de savoir, en tant que serviteur, que nous sommes sur la bonne voie?

Est-ce la croissance en nombre? L’ambiance? La confiance et la reconnaissance de nos ministères par les personnes? Les soutiens financiers? …

Beaucoup d’ouvrages, très bons, traitent du ce sujet, mais un seul reste la référence: la Parole.

Je vous invite donc, au travers d’un récit bien connu de l’Ancien Testament, à saisir et adopter la définition divine de la réussite.

Il s’agit de l’épisode relaté dans le premier livre de Samuel au chapitre 15 

A cette époque là, Samuel est appelé par Dieu pour être le prophète d’Israël et le dernier des grands juges. Sur ordre de Dieu, Samuel établit, dans un premier temps, Saül, comme roi sur Israël.

Ce récit nous relate leur dernier face à face, mais également et surtout ce qui mena le roi Saül à la perte de sa couronne aux yeux de Dieu.

Il est intéressant de lire les récits dans lesquels les serviteurs de Dieu s’illustrent à ses yeux. Mais j’aime particulièrement, ceux, où l’on perçoit les failles dans l’armure humaine. Car des faiblesses, nous en avons tous!

Mais nous avons le choix: laisser celles-ci nous détruire ou laisser Dieu se glorifier au travers d’elles…

et il m'a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi."

2 Corinthiens 12:9

Saül fît le mauvais choix; celui de désobéir à Dieu.

En effet, à deux reprises dans ce récit, Saül va à l’encontre de ce que Dieu lui a demandé.

Et pourtant, alors que Samuel a passé la nuit consterné par les paroles de l’Eternel, le roi lui, fête sa victoire et s’érige même un monument. Tellement certain et convaincu d’avoir accompli ce que Dieu lui demandait. Conforté certainement par les “vivas” et les acclamations de ses soldats et du peuple.

Confiant et revigoré par cette victoire éclatante sur un ennemi d’Israël.

Et pourtant voici ce que Dieu dira à Saül:

“L’Eternel trouve-t-il autant de plaisir dans les holocaustes et les sacrifices que dans l’obéissance de sa voix? Non, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices et l’écoute attentive vaut mieux que la graisse des béliers.

Oui, la révolte est aussi coupable que la divination, et la résistance au Seigneur est aussi fautive que le recours aux théraphim.

Puisque tu as rejeté la parole de l’Eternel, il te rejette lui aussi comme roi.”  1 Samuel 15:22-23

Dans ce passage, Dieu délivre un message à tous ceux qui veulent le servir. Pour plaire à Dieu, l’obéissance à sa voix est le plus important. Si nous désobéissons ou nous détournons de sa volonté, ce ne sont pas les “sacrifices” que nous lui offriront qui apaiseront sa colère.

Ceux qui me disent: “Seigneur, Seigneur!” n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père céleste.”

Matthieu 7:21

 

 

La réussite est le fait d’accomplir RADICALEMENT la volonté de Dieu. Pas à moitié, pas comme nous l’entendons ou comme il nous semble “fun” de le faire.

Lorsque Dieu nous parle et nous donne un ordre, nous ne devons pas tergiverser et désobéir, même à moitié ou pour de “bonnes” raisons.

Nous ne devons pas faire le contraire de sa volonté pour plaire aux Hommes, car en toute chose, nous serons redevable à Dieu seul!

En adoptant la définition divine de la réussite nous cesserons de nous comporter comme des “Saül”; cherchant l’approbation du peuple et le pouvoir sur celui-ci.

Nous rechercherons alors plus à passer du temps de qualité dans notre relation avec notre Dieu. A le mettre au centre de notre travail tout en recherchant SON approbation. A transmettre la connaissance, la crainte, l’amour de Dieu qui transforment les coeurs et les vies profondément.

Pour résumer:

  • Le serviteur selon le coeur de Dieu recherchera avant tout à connaître la volonté de Dieu: dans le développement d’une relation intime et profonde

Je bénis celui qui met sa confiance en moi et cherche en moi sa sécurité.”

Jérémie 17:7

  • Le serviteur selon le coeur de Dieu recherchera à accomplir cette volonté AVEC l’aide de Dieu.

Je puis tout par celui qui me fortifie.”

Philippiens 4:13

  • Le serviteur selon le coeur de Dieu recherchera à plaire à Dieu et non aux Hommes. Sachant que pour lui plaire, l’obéissance est essentielle il passera plus de temps à discerner la volonté de Dieu qu’à essayer de “convaincre” les Hommes.

Et le monde passe, et sa convoitise aussi; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement."

1 Jean 2:17

Je perçois ces trois éléments comme indissociables, dans un cercle sans début ni fin.

Une prière pour aujourd’hui…

“Je te remercie Seigneur pour ta Parole qui m’enseigne et pour la patience dont tu fais preuve avec nous. Je te demande, à présent que tu m’as éclairé, de me montrer comment transmettre ce que tu m’enseignes mais aussi et surtout à le mettre en pratique, dès à présent, dans ma vie à ton service. Que je ne regarde pas aux critères de réussite des Hommes, mais à la réussite selon ton coeur et ta volonté. Donne moi la force d’accomplir, sans faillir, cette volonté au nom de Jésus-Christ!”

 

Enjoy!

Christel

2 Comments

  • Musuvaho Paluku Dieudonné août 19, 2021 at 1:25

    Très bon enseignement
    Il est vrai qu’on pense souvent un ministre réussi avec succès quand tout le monde vous applaudit et le nombre augmente. Mais on comprends le ministre réussi est celui qui s’accompl dans l’obéissance totale et la volonté de Dieu.

    Reply
    • C.W septembre 29, 2021 at 9:33

      Merci pour ton retour! Prions pour que Dieu soit toujours au centre de ce que nous accomplissons en Son Nom.

      Reply

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X